Violences conjugales

Publié le par Jeunes femmes insolentes


J'ai envie de réagir à cette proposition de loi sur la lutte contre les violences conjugales "renforçant la protection des victimes et la prévention et la répression des violences faites aux femmes".

Il s'agit d'une proposition de loi portée par la droite et la gauche de manière unanime, ce qui est assez rare pour être précisé, souligné, voir clamé plus que haut et fort.
Le texte a pour l'instant été adopté par l'Assemblée nationale, ne lui reste plus que son passage au Sénat pour être améliorée. Parce qu'elle a besoin d'être toilettée et c'est peu dire!!

Déjà rien ne vous choque dans le titre ??? Moi si... les violences conjugales, bien que majoritairement subies par les femmes ne sont pas l'apanage des hommes. Les victimes sont des personnes, hommes, femmes, enfants. Or cette loi ne vise que les "violences faites aux femmes". Ça veut dire quoi Ms les Députés?? Que si un homme est victime de violences conjugales il ne peut pas se prévaloir de ce texte?? Que seul les hommes sont violents?? L'égalité homme-femme, constitutionnellement affirmée et protégée, impose que la loi ne fasse pas de distinction homme/femme. L'égalité entre les hommes et les femmes c'est aussi admettre que les femmes peuvent être violentes, tout comme les hommes.

Ce texte vient ensuite mettre en place le port du bracelet électronique pour les maris violents (on ne vise pas les femmes violentes, encore une fois...). Il s'agit d'un bracelet permettant de signaler à la personne ayant subi des violences si le conjoint violent condamné se trouve dans un périmètre très proche et ainsi lui permettre théoriquement de se protéger (barricade, fuite...). Ce système permet également d'informer la police de la violation de l'ordonnance restrictive par le conjoint violent et donc de leur permettre théoriquement d'intervenir. Je pense, à mon petit niveau, qu'il s'agit d'une bonne chose ,mais si déjà la police intervenait et prenait en compte les plaintes émises par les personnes menacées on aurait fait un grand pas (voir l'affaire récente de la jeune femme poignardée par son ex-compagnon malgré de multiple signalement à la police qui n'a jamais levé le petit doigt et ça : link).

La loi crée également un nouveau délit : le délit de harcèlement conjugal ou de violence dans le couple :" le fait de soumettre à des agissements ou des paroles répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de vie de la victime susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité ou d'entraîner une altération de sa santé physique ou mentale". Il est bâti sur le même système que le harcèlement moral qui trouve peu à s'appliquer pour des questions de preuves. On aura donc ici la même difficulté, comment prouver ces agissements ou ses paroles. De plus il ne s'agit que d'une reconnaissance des violences subies, je ne pense pas que ce texte ait un effet préventif, qu'il fasse réagir les personnes en amont, cela ne leur permettra pas de se sortir d'une situation violente.
Si je puis me permettre également de l'ironie, je dirais qu'avec ce texte on risque la condamnation des mégères " Dénigrement systématique, culpabilisation... ". Ça ne vous rappelle rien?? A mon avis beaucoup de femmes entrent dans ce cadre.  Quid de la protection des femmes, Ms les députés si leur mari peut les faire condamner des qu'elles sortiront un "de toute façon j'aurai du écouter mes parents. Tu n'es qu'un bon à rien..." ????? Sans rire, depuis quand les violences psychologiques sont-elles l'apanages des hommes??

Les députés ont également créé l'ordonnance de protection, qui permet à la personne subissant des violences de pouvoir partir de chez elle et de pouvoir ensuite engager des démarches comme le dépôt de plainte, une demande de divorce, sans que cela constitue un abandon de famille ou qu'il y ait des représailles (link). La personne est considérée par la justice comme victime. La question qui se pose est celle de l'utilisation abusive de ce texte. En effet cette protection peut être demandée avant le dépôt de plainte, avant que l'on puisse s'interroger sur la véridicité des faits. Quid du conjoint qui se place sous cette ordonnance pour empêcher son conjoint de voir ses enfants...

Pour une présentation du texte : link et la critique complète : link

Dernhelm
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article