Silence radio, silence cerveau

Publié le par Jeunes femmes insolentes

Je ne sais pas si vous avez remarqué, chers lecteurs, mais cela fait un bout de temps que je n'ai pas publié grand chose. La faute au mois d'août me direz-vous  : la tête dans les étoiles, les pieds dans le sable et le clavier en vacances ... Mouiii... Sauf que ma tête est au boulot, mes pieds sont dans des ballerines, et mon clavier en perpétuelle agitation. Rien de moins que d'habitude donc. Alors pourquoi ce silence, pourquoi ce manque d'inspiration devant ma page blanche? Peut être parce que le monde est en vacances aussi. Il ne se passe rien au mois d'août, voila pourquoi je suis muette. C'est bon je suis rassurée ...

Hein quoi, comment ça K. trouve à parler, elle !! Qu'entend-je, que me souffle t'on à l'oreille : inondation au Pakistan, glissement de terrain en Chine, crise du lait, déclaration fracassante de Sarkozy, google map à l'amende. Il se passe donc des choses dans le monde! Et même des choses sur lesquelles intervenir me démangerait en temps normal : Anelka mord de rire, Marianne s'emballe, invasion et rafle de Roms, scandale israëlo-palestinien, et même le bonheur (oui oui le bonheur tout court). Et pourtant rien, pas une ligne ne naît sous mes doigts. Étrange réalité ...

Ha mais le mois d'août c'est aussi les vacances des autres, les autres qui écrivent sur internet, les autres qui communiquent, qui nous imprègnent des nouvelles du monde. Des autres qui pensent pour moi, avec moi, contre moi.

La vient l'excuse facile : je n'écris pas parce que personne ne dit des choses intéressantes, réfléchies, allons-y carrément : profondes. Les nouvelles ne méritent donc pas que je m'y intéresse. Ha c'était ça, me voila donc rassurée !! Je peux continuer à buller tranquille.

Mais non, une idée naît dans mon esprit, je l'étoufferais bien mais trop tard elle s'impose à moi. J'ai donc besoin des autres pour écrire sur ce qu'il se passe dans le monde. Je dois être guidée pour réfléchir. Allons plus loin maintenant que tu y es cocotte : je ne sais pas réfléchir seule! Et voila tout est dis : sans avis intéressant, sans point de vue à comparer je suis désarmée. La littérature n'est pas bonne ce mois-ci et bien je n'écris rien, ça ne vaut pas le coup d'être mis en avant. Triste réalité!

ho ma belle, et si tu te mettais à penser seule, à trouver ton avis non pas dans la confrontation des opinions des autres mais à travers toi, toute seule. 

Allez remonte tes manches et vas-y !

 

Dernhelm

Publié dans BLESS THIS MESS

Commenter cet article