La France est une femme à moitié nue II

Publié le par Jeunes femmes insolentes

 

Bon je vais mettre mon grain de sel dans les réflexions de Kahazara sur le port de la burqa et sur le mari salafiste et "polygame" d'une de ces femmes.

Histoire de partir dans la bonne direction je vais résumer ce que j'ai retenu de ses interventions.Tout d'abord qu'aucun argument juridique ne justifie l'interdiction du port de la burqa et que les arguments politiques sont de l'islamophobie. Là, contrairement à Kahazara, je pense que c'est un argument valable, attention je n'ai pas dit bon ou appréciable, mais simplement qu'en tant qu'argument politique il est ce qu'il est. On peut ne pas être d'accord avec les idées du FN par exemple, n'empêche que cela reste des arguments politiques, à vomir certes, mais politiques. On entre donc la dans la question de savoir si cette politique, l'islamophobie, correspond à celle que le peuple veut mettre en oeuvre. Oui, parce que je vous rappelle tout de même que la politique mise en oeuvre par notre gouvernement est celle que veut le peuple... normalement...

Ensuite Kahazara insiste sur le fait que la liberté et celle des femmes plus particulièrement, commande justement que l'on ne légifère pas. Et là je ne peux qu'être d'accord avec elle, j'adhère à 200%.

N'empêche...

N'empêche que moi ça me choque. Ça me choque que la France, pays où je me sens libre et estimée par mes pairs en tant que femme, voit se balader dans ses rues des femmes en niqab/burqa.

Parce que pour moi c'est une restriction absolue au droit d'être une femme, d'être soi. Plus aucune féminité, plus aucune différence avec la voisine. On doit se fondre dans le décor juste parce qu'on est femme. Que ce soit clair, je ne remets pas en cause le droit de ces femmes à porter la tenue qu'elles veulent. J'ai le droit d'avoir un décolleté jusqu'au nombril et elles ont le droit de porter un voile, un niqab, une burqa. Le problème est que l'inverse n'est pas vrai. Et pour moi c'est ça le vrai problème. Ce que je remet en cause c'est le fait qu'une religion impose de telles restrictions à la liberté des femmes, quelque soit la religion. Entendons-nous bien, je n'ai absolument rien contre l'islam, je trouve que c'est une religion vraiment intéressante avec des aspects que j'apprécie réellement. Donc aucune différence dans mes propos selon la religion, je les exècre toutes en ce qu'elles imposent des modèles de conduite et servent de levier à des velléités de pouvoir d'un petit nombre.

On en arrive donc à l'idée selon laquelle, à travers l'interdiction du voile intégral, c'est en fait une remise en cause de l'implantation de l'islam et notamment de l'islam "visible". Et là c'est vraiment une toute autre question que celle de la liberté et de l'égalité des femmes. C'est la question, soulevée par Kahazara, de la " guerre contre l'intégrisme religieux". Il faudrait un vrai débat national et surtout une vraie prise de position politique.  Pour ma part je pense que l'intégrisme, quelqu'il soit, est dangereux. Mais ce n'est pas en faisant la chasse à ses signes extérieurs que l'on arrivera à quelque chose.


Quant au remue-ménage provoqué par l'amende donnée à une femme en niqab et le retournement de situation qui a mis en ligne de mire son mari, je suis perplexe. Et je le suis de plus en plus avec l'évolution de la situation.

Bon tout d'abord un peu de droit. Le Code civil interdit la polygamie en France et ne reconnaît comme mariage valable que le mariage civil. Or M. Hebbadj n'est marié qu'une seule fois civilement. S'il a contracté d'autres mariages religieux, ceux-ci ne sont pas reconnu par le droit français, car étant français on lui applique la loi française. Ce monsieur n'est donc pas polygame au regard de la loi française. En France ses autres "femmes" sont considérées comme ses maîtresses, ce qu'il a d'ailleurs avancé. Le risque est donc ici pour ses autres compagnes qui ne sont rien au regard de la loi : pas de droits successoraux, pas de reconnaissance automatique des enfants... Par contre dans les pays reconnaissant la polygamie et les mariages religieux ces femmes sont bel et bien ses épouses (aux yeux des religieux hein, pour le coté juridique c'est toujours sa loi nationale qui est applicable), donc aucun risque de lapidation.

Sa situation ne diffère donc pas, aux yeux de la loi, de celle de milliers d'autres infidèles. Ici c'est à ses yeux et à ceux des ses "épouses" que la situation est justifiée par des préceptes religieux. Mais polygamie il n'y a point. Et puis pour digresser : mais qu'est-ce que tout le monde a contre la polygamie? Ha oui la bonne vieille morale chrétienne, le mythe de Roméo et Juliette. Enfin, si la situation est admise et acceptée par tous les protagonistes en quoi cela dérange-t'il tant?? Bon fin de la digression.

Quant à sa déchéance de nationalité française, je trouve cela hallucinant. Si elle est commandée par une activité terroriste ou par le refus de se conformer à la loi et aux moeurs françaises, pourquoi pas, c'est une question très politique. En tout état de cause ce n'est pas prévu par les textes encadrant la déchéance de nationalité (ha encore et toujours le génialissime Maître Eolas). Il faudrait donc légiférer pour que les personnes ne respectant pas (alors là je vous avoue que je me suis creusée la tête pour trouver le/les termes adéquat, alors je n'imagine même pas la question devant le Parlement) les moeurs/ la façon de vivre communément admise/ les grands principes de notre République (oula on risque de ne plus avoir d'hommes politiques) soient déchus de la nationalité française acquise. Bon sachant que la loi pénale ne peut être rétroactive (sauf intérêt supérieur de la nation, et croyez-moi la CEDH n'acceptera jamais cette histoire comme mettant en jeu les intérêts supérieurs de la nation) M. Hebbadj est tranquille.


Je suis comme Kahazara, choquée par l'utilisation d'arguments fallacieux pour tenter de masquer une volonté politique de rejet de l'islam ou en tout cas de l'islam intégriste.  Mais d'un autre coté je ne me résous pas à accepter le niqab en France. Parce que pour moi c'est une réelle atteinte à la dignité de la femme. Parce que les hommes eux ne se doivent pas de respecter de telles obligations vestimentaires. Parce que vouloir cacher une femme sous un voile c'est ne la considérer que comme un bout de viande bon à appâter les autres hommes. Parce que je ne pense pas que ces femmes passent de la burqa au bikini selon leurs envies. Parce que moi je n'aurais pas le droit de conduire ou de me balader en bikini dans un pays musulman.

Parce que je hais les religions qui impose une façon de vivre jusque dans ses moindre détails, comme si on ne pouvait pas trouver Dieu en soi, sans artifice. Parce que définitivement ça ne correspond pas à ma vision de ma liberté.

Parce que la liberté en France ne doit pas permettre de tout autoriser sous prétexte de liberté de culte. Parce que la France a le droit de poser des limites à ce qu'elle juge acceptable sur son territoire.

Mais interdire le port de la burqa n'est pas la bonne solution. C'est isoler et stigmatiser ces femmes. C'est faire encore un pas de plus vers des interdictions. C'est dangereux pour ma liberté.

C'est une sacré foutue question!

 

Dernhelm

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kahazara 07/08/2010 17:48



viols et violences, rien que ça


j'espère qu'il va payer cher 


http://www.lepoint.fr/societe/lies-hebbadj-en-garde-a-vue-cette-fois-pour-viols-et-violences-07-08-2010-1223017_23.php



Kahazara 30/04/2010 11:39



Merci pour ce point de vue tant attendu ;o) je te comprends et notre différence est
minime. 


si je peux me permettre une remarque et un peu de mauvais esprit: en France non plus tu ne dois pas pouvoir conduire en bikini (mais on doit trouver cela moins génant lors d'un contrôle de
papiers) et la différence avec un pays musulman c'est que nous vivons dans un pays non religieux où chacun fait ce qu'il lui plait, où personne ne t'impose d'autres règles que de respecter ton
voisin. Le vrai: LIVE & LET LIVE.


Je suis une utopiste?? moi?? non, croyez moi, en aucune façon.