"L'UMP veut mettre fin à la diffusion égalitaire des journaux"

Publié le par Jeunes femmes insolentes


Voilà le titre d'un article sur Rue89.

Ni une ni deux, je vais lire. Je fronce les sourcils (je fais ça souvent). J'en arrive à la conclusion que ce titre est vraiment mal choisi. Et je reste polie. Rue89 est-elle tellement anti-sarko que ses articles n'auront plus rien à envier aux couvertures de Marianne? 


Je vous fais un rapide résumé des faits: la vieille loi Bichet (1947) prévoit l'obligation de l'égale diffusion de la presse dans les kiosques à journaux. Aujourd'hui elle constitue un boulet pour ceux qu'elle est sensée protéger: il y a tellement de journaux que les vendeurs ne peuvent matériellement pas tous les exposer, ou du moins en avoir le même nombre de chacun sachant qu'ils ont des ventes très disparates. "la gestion des stocks est complexe" dit l'article. Du coup nombreux se retrouvent en rupture, simplement parce qu'ils ne veulent pas se retrouver avec des kilo et des kilo d'invendus sur les bras, et on peut les comprendre. 

Le pire (à mon sens) est de découvrir la chute libre du nombre de vendeurs de journaux en France, c'est inquiétant pour l'avenir de la presse. Avec les procès d'intention que l'on mène en ce moment contre les journalistes (la "sale corporation voyeuriste") (Héhé: chacun son tour les gars, ceux qui ont la bonne parole et les beaufs n'ont pas fait de cadeaux aux magistrats en 2009… -ni aux avocats d'ailleurs… Non, pardon! ça c'était du règlement de comptes entre "corporations"-) bref, cette pique venant d'un média du web n'est pas anodine, peut être.

Rue89 déconne même à plein tube. L'article cite les conclusions du Livre vert, où toute la profession s'était mise d'accord sur les besoins d'un tout nouveau système. Visiblement personne n'en a eu le courage, avant le député UMP Maillé qui propose une pure et simple abrogation des règles existantes. Il met un coup de pied dans la fourmilière pour que le législateur, mais surtout les acteurs, se prennent par la main et proposent quelque chose de viable, de juste et d'utile pour la presse écrite dans son ensemble.

Donc, non ce n'est pas l'UMP mais un député UMP. Pardonnez moi d'insister, un député a beau appartenir à un groupe politique, disons le groupe UMP; quand il est en ses terres, en l'espèce les Bouches du Rhône, c'est pas Monsieur Copé qui l'harcèle de mails, de courriers et qui fatigue sa secrétaire au téléphone, ce sont ses enfoirés d'électeurs qui ne perdent pas une occasion de le lui rappeler (qu'ils sont ses électeurs et s'ils ont de l'humour, qu'ils sont des enfoirés.)

Donc, non, ce n'est pas l'UMP mais un député UMP.

Ensuite, il n'est pas question de toucher à l'égalité entre les journaux! La dernière phrase de la proposition de loi l'expose magnifiquement: "C'est pourquoi, face à un manque de volonté de la part des acteurs, il est proposé l'abrogation de la loi Bichet qui semble aujourd'hui faire obstacle à toute évolution du réseau."

C'est pour faire bouger les choses. Quelle mauvaise foi de la part de l'auteur de l'article sur Rue89. Quelle lubie anti-UMP!! Je suis sciée! Pourtant il met le lien de la proposition de la loi sur le site, mais il a si peu de respect pour ses lecteurs ses riverains, qu'il doute que quiconque ne le lise?? 

Rue89 révolutionne l'info: elle fait le téléphone arabe.

Mais attention, mes amis, je vous ai gardé le meilleur pour la fin: l'article se termine sur l'explication de cette volonté de réduire à néant les égalités de traitement entre les journaux pour le groupe du Président: dites donc, vous n'avez pas deviné? Lagardère, ça vous dit quelque chose? Un nouveau cadeau de son meilleur ami, mais si vous le connaissez: Nicolas. 

pfffffff   :-s


Kahazara  
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article