L'investissement sur l'avenir

Publié le par Jeunes femmes insolentes


Obama tente de faire passer une énorme réforme du système de la sécurité sociale et du système hospitalier aux USA.
Et bien je ne vais pas vous parler de cette réforme.

<Olala non, sacré morceau!! J'ai lu quelques commentaires sur les 7 heures de table ronde (du 25/02) dans le cadre de la recherche d'un consensus entre les factions politiques
- diffusées à la tv américaine et suivies par personne-
Pour les téméraires, voir ici, ou .
J'ai largement senti mes limites en matière d'appréhension du système américain. Je crois qu'en plus la réflexion est biaisée par notre modelage français d'ultra-assistés...>

Je voudrais revenir sur l'analyse du Prix Nobel d'économie (en 1993) Robert Fogel qui prédit que le PIB chinois représentera 40% du PIB mondial en 2040, alors que le PIB américain n'en représentera plus que 14%. (deux articles de septembre 2009 et février 2010, publiés respectivement dans The American et The Foreign Policy)
Pour faire simple, il explique cet écart par l'orientation de l'investissement chinois vers l'éducation de sa population jeune et l'orientation de l'investissement américain vers la santé/les retraites de sa population vieillissante. 
Jolie image que celle-ci: la Chine investit sur le futur et les USA investissent sur le passé.
Je comprends parfaitement cette analyse, et je me demande si on a pas déjà un exemple parlant avec la vieille Europe et ses vieux européens...
Pourtant ce genre de projection est-elle pertinente?
Quelle idée surprenante de se projeter dans l'avenir avec un postulat d'immuabilité. Il y a 50 ans, personne n'imaginait qu'il y aurait 192 pays dans le monde en 2010...
Que sera la Chine en 2040? Les risques d'un changement radical de son système sont de plus en plus forts. Si elle éclate en des dizaines de petits pays? Si elle se renferme dans une dictature à la mode nord-coréenne pour bâillonner son peuple, ou encore si elle se libéralise totalement et que les chinois rejette la politique de l'ultra-productivité au profit d'un renforcement du système de... santé? Ces deux dernières années ont dévoilé des tensions sociales en Chine qui prennent de plus en plus de puissance.
Comment projeter les USA sur 30 ans en occultant le pouvoir attractif qu'ils exercent sur les jeunes diplômés, les forces vives, les chercheurs, les inventeurs et les capitaux à travers le monde? Je me demande comment les USA pourraient se retrouver dans la situation de la France (pour parler de ce qu'on connait) alors qu'ils restent la première destination de la fuite des cerveaux.
Après tout, si les choses restent en l'état, les USA peuvent très bien investir des millions dans la santé et les personnes âgées, la Chine s'occupe de former les jeunes qui maintiendront le PIB américain dans 30 ans. 
En attendant, le combat est engagé entre les deux géants et cette guerre va faire des dommages collatéraux, sans aucun doute... on va avoir besoin de jeunes (comme l'Amérique du Sud pour les USA et l'Afrique pour la Chine) et il va falloir se délester des vieux boulets (comme l'Europe et le Japon).

Kahazara  
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article