Touche pas à mon pote

Publié le par Jeunes femmes insolentes


Ben non, je ne suis pas d'accord avec Monsieur Schneidermann sur la probable nomination de Monsieur Boutih à la tête de la Halde.
Je n'adhère pas non plus aux propos de Monsieur Longuet, peut être bien que ces mots traduisent un racisme latent mais il s'avère que je partage son avis en finalité. Je ne crois pas que Monsieur Boutih soit un bon candidat pour la tête de la Halde. Et pour deux raisons:
- c'est un politique.
- c'est un français d'origine étrangère.

Schneidermann critique deux dossiers médiatisés de la Halde pour laisser entendre que l'action est assez superficielle, populiste (les diseuses de bonne aventure de Sainte Marie de la Mer et les personnes âgées des émissions de télé réalité.) Il va même jusqu'à dire que si la Halde a bonne presse, ce pourrait avoir un lien avec le fait que le président sortant de l'autorité, Louis Schweitzer, est aussi président du conseil supérieur du Monde.
Au préalable je vais répondre à cela: 
La Halde fait du sacré boulot sur le terrain, je l'ai vue de près. Pas de quoi exciter les journaux tv en manque de misérabilité, des gens ordinaires qui n'ont pas grand chose outre leur fierté et que la Halde accompagne, soutient et défend. Même face, et surtout face, à des administrations, des établissements publics, l'Etat... L'épisode "Nouvelle star" n'est qu'une goutte dans l'océan de son travail. Et même si le rapport sur les discriminations dans les manuels scolaires (2008 je crois) est ridicule, il ne faut pas oublier que la Halde n'est pas un moralisateur, elle est saisie par un particulier pour son cas particulier, c'est du pur travail de fourmis.
La Halde a bonne presse, c'est probable. L' entreprise Renault a été épinglée immédiatement par les tests de Cv anonymisés alors que c'était l'ancienne maison de Louis Schweitzer... Ca fait un peu tache. C'est passé à l'as...
Et alors? La Halde n'a pas eu besoin d'avoir partisans et détracteurs dans la presse pour faire son boulot.

Maintenant, imaginons que ce soit un politique, de l'opposition qui plus est, qui dirige l'autorité. Comment vont se comporter les extensions de l'Etat à qui la Halde demande des comptes suite à une saisine par un candidat éconduit, un employé discriminé etc... Je sens bien le petit regard par en-dessous, "hé l'assoc de gauchots, vous voulez bien nous laisser faire notre travail..." 
De plus Monsieur Boutih est l'ancien président de SOS-racisme, organisation extrêmement politisée (qui aime l'action "coup de poing" et la médiatisation) et de statuts privés. 
Cela va porter atteinte à l'impartialité de la Halde, impartialité qui est prévue dans les textes et qui se voit dans les fait.

Puis le nouveau président de la Halde serait un arabe, individu susceptible d'avoir subi et de subir encore à l'avenir toutes sortes de discrimination. Le premier président était tout sauf susceptible d'être à la place d'un plaignant. Avec Boutih, vous pouvez être sûrs que ses actes seront toujours entachés du soupçon de communautarisme. Parce que nous avons facheuse tendance à voir des ententes et des partis pris quand un arabe essaie de dénoncer le discrimination subie par un autre. 
Cela va porter atteinte à la crédibilité de la Halde.

De plus, Schweitzer était un homme d'affaire, avec un réseau et une quantité dingue de casquettes, Boutih est l'opposé, lequel des deux pourrait protéger la Halde si elle devait être mise à mal?
Parce qu'il me semble que l'objectif à moyen terme c'est d'enterrer cette autorité qui déplait à notre président proportionnellement à l'influence qu'elle gagne. (depuis l'avis qu'elle s'est permis de donner sur les tests ADN des candidats au regroupement familial.)
C'est un bon point pour Sarkozy. Le "défenseur des droits" prévu par la réforme constitutionnelle de 2008 devant rassembler toutes les autorité administrative indépendante (comme le Médiateur de la république, le Conseil de la concurrence, la CNIL, la Halde, etc etc il doit y en avoir plus de 60...), pourra être mis en place d'autant plus facilement si les autorités à rassembler sont faibles, ou des coquilles vides. Pour l'instant le gouvernement stagne, parce que certaines AAI sont trop puissantes pour être dissoutes comme la CNIL ou le contrôleur général de privation des libertés.
Mais quand on sera parvenu à plus qu'une seule autorité peut être plus tout à fait indépendante, les droits et libertés du citoyens seront-ils mieux protégés?

Kahazara   

Publié dans HOMO HOMINI LUPUS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article