Déchéance de la nationalité française (sans mauvais jeu de mots) (quoique)

Publié le par Jeunes femmes insolentes

Ce n'est pas qu'un coup politique: l'annonce de vouloir déchoir de leur nationalité les français d'origine étrangère très très méchants. Bien sûr que c'est un peu le candidat 2012 qui a parlé à Grenoble, et bien sûr il faut mettre le paquet pour occulter les derniers trucs qui passionnaient les journalistes: ministres en vue et grandes fortunes, micro-partis et contournement de la loi etc.

Mais pour le coup, il va y avoir du lourd. Même si ce n'est pas la première fois qu'on parle de ce sujet cette année… revoir le cas de Lies Hebbaj et ses maîtresses et ses possibles fraudes aux allocs (peut être, ne prenons pas de risques inutiles.)


Les suites juridiques auront la forme d'amendements sur la nouvelle loi "immigration" qui sera débattue et votée en septembre prochain.

Deux dispositions sont annoncées: prononcer la déchéance en cas de crime passible de plus de 5 ans de prison  (plus les atteintes à la vie d'une personne détentrice de l'autorité publique), commis dans les 10 ans suivant la naturalisation, et la possibilité de s'opposer à la naturalisation de jeunes nés en France de parents étrangers, nationalité qui est automatique aujourd'hui à leur majorité s'ils vivent toujours en France. 

Il n'y a pas de problème de constitutionnalité puisque les cas qui résulteraient à une apatridie sont exclus, l'apatridie est formellement interdite partout (Rue 89 fait un état des lieux sur la déchéance de nationalité en Europe, et voici un, bien que simple, intéressant exposé de l'évolution de ces questions en droit français)


J'avoue ne pas avoir de problèmes de conscience majeurs avec ces annonces.

Je trouvais déjà que l'expulsion d'étrangers condamnés pour des crimes, n'était pas une mauvaise idée. Bien au contraire en fait, nos prisons sont tellement pleines et insalubres, renvoyer, ne serait-ce qu'une poignée de types dans leurs pays ne pouvaient pas nous faire de mal. Puis pourquoi devrions nous prendre ne charge des personnes qui sont venus pour nuire à notre société? La France n'est pas une vache à lait! 

Bref, Sarkozy a refusé "l'injustice" des doubles peines à l'époque. Et maintenant il va quand même plus loin.


Ce que je trouve un peu inquiétant, c'est le cas des enfants d'étrangers nés en France. Ces adolescents sont français de fait, parce qu'ils n'ont connu que la France, depuis la maternité jusqu'au lycée. Ils ont merdé quelques fois et se retrouveraient le jour de leur 18 ans en situation irrégulière (alors que leur parents ne le sont pas) c'est peut être un peu craignos non? C'est une porte ouverte à pas mal d'abus. Quelle sera la limite? un braquage de supérette ou des dispenses de sport bidons?

 

Le risque de perdre ou de ne pas obtenir la nationalité française ne sera jamais un frein à la délinquance.

Mais, a posteriori, ce sera peut être un moyen de remplir des charters aller simple sans que personne ne se scandalise.

Sinon, l'exclusion définitive du système c'est quand même un aveu de totale incapacité à gérer les perturbateurs. Je ne trouve pas que ce soit de la fermeté louable (d'autant plus que  l'exemplarité est quasi nulle à mon avis) mais il s'agit plus de la démonstration que notre société est éreintée et dépassée.

 

Enfin, pour dire un simple mot sur les évènements à l'origine du retour des questions de sécurité dans le débat public, Grenoble, La Villeneuve et tout et tout… (dire enfin un mot, c'est vrai. Je n'avais rien à en dire, ça m'a gonflé comme à peu près tout ce qui s'est passé en France en un mois...) :

Quand on est prêt à tuer, on est prêt à mourir.


Kahazara  

Commenter cet article