BHL l'intouchable

Publié le par Jeunes femmes insolentes


Je pense que, pour BHL, être tombé si grossièrement dans le canular Botul, est une faute grave.
 
A savoir si cette faute doit jeter le discrédit sur l'ensemble de son travail/oeuvre, c'est peut être exagéré mais cela reste une opinion que chacun doit se faire. 
Il manquerait plus que ça, que les médias qui ont réponse à tout, décident quel intellectuel doit être mis au ban... Hé oh, hein? bon! 
 
Un penseur qui analyse et cite les écrits d'un autre doit être incollable. C'est élémentaire.
 
N'est ce pas Dernhelm? 
<Sachez que Dernhelm n'irait jamais citer un texte sans maîtriser le fond, la forme et l'auteur dans son fond et sa forme itou... (déformation pro, que voulez vous?)> Bien sur, c'est évident... Je ne cite jamais un auteur ou une pensée sans avoir vérifier sa biographie, sa bibliographie, avoir lu tous ses écrits depuis le CE1 et vérifié ses dents, voyons... Je dirais que c'est le minimum standard de tout intellectuel qui se respecte. Ce n'est pas comme si on pouvait faire confiance à ceux qui pensent et qui écrivent pour être honnête. 
Déformation pro qui ne touche pas trop trop BHL. 
 
Mais là n'est pas mon sujet du jour. 
Mon coup de sang c'est ça!
 
Tout et n'importe quoi est rapporté pour défendre BHL, qui à mon sens, n'en a pas besoin pour la simple et bonne raison qu'il s'est défendu avec panache.
Il est allé à la télévision et il a ri de sa gaffe: "me suis bien fait avoir, me suis aperçu de rien, quelle histoire!! ah ah ah."
Impecc: cran et humilité. Bravo BHL.
Encore quelques pics deci-delà, puis on passera à autre chose.
 
Mais non, sur Slate.fr, Monsieur Boggio vient dénoncer l'acharnement que subit BHL depuis des décennies.
D'abord, plus on s'expose plus on risque de ramasser, BHL a toujours usé les pavés des plateaux télé, bénéficié d'un petit article agrémenté d'une belle photo dans les magasines de tout niveau intellectuel et fréquenté le monde jet-set.
C'est un personnage éminemment public: il y a des gens qui ne peuvent pas le voir en peinture, comme il y a des gens prêts à tout pour sauver son honneur.

Mais cette fois, c'est pitoyable. 
Commentaires choisis, j'ai même pas envie de faire l'analyse complète de l'article:

1- Les méchants détracteurs de BHL s'en prennent à ses tactiques commerciales.
Alors que personne n'a rien dit sur la promo scandaleusement intrusive pour le dernier James Ellroy! 
Un auteur de polar (génial ok mais du polar) et un philosophe, hum... Je doute que le dispositif marketing soit le même, mais ça va certainement flatter quelqu'un!?
Puis, Ellroy, ce troisième tome, on l'a attendu 10 ans, BHL sort deux livres en même temps...

2- BHL est riche et ça nous énerve... 
Sacrés français!
Ségolène Royal est riche et ça nous énerve. DSK est riche et ça nous énerve. Julien Dray veut faire croire qu'il est riche et ça nous énerve encore plus.

3- Le droit à l'oubli....
Bon sang, vous allez le laisser tranquille BHL, arrêter de ressortir toutes les vieilles histoires. Oublier qu'il s'est fourvoyé sur Botul, que la rigueur de son travail, de ses recherches et le sérieux de ses réflexions sont tous autant tremblants!!!
Vous n'avez pas honte, ça fait déjà au moins trois semaines qu'on en parle.
Bon, il a certainement ses plus fervents opposants qui ont ressorti les trucs vraiment vieux. C'est ce qui se passe quand on a des ennemis tenaces.

4- L'acharnement sur BHL, c'est bien simple. 
Pas besoin d'un article long comme un bras, alors que tout est résumé en un mot et 3 pointillés.
C'est si évident.
Monsieur Boggio sait très bien pourquoi on lui tape dessus sans cesse, prétextant son amour des feux de la rampe, ses approximations journalistiques, ses références inexistantes, son fric et sa maison de vacances au Maroc....
Oh oui, Boggio le sait et il le dit lui, il dénonce, il balance. Juste un mot et des pointillés.
Bien à la fin! parce que personne ne lit jusqu'à la fin: BHL ne le fait pas, Boggio non plus peut être...
Le mystère est résolu, tombé de rideau: "Bernard-Henry Lévy, ce juif..."

Boggio, ce con...



Kahazara 
 

Commenter cet article